Le Bengal, un fauve dans votre salon !

Les yeux bien séparés sont quelque peu en biais et comptent des couleurs bien précises.  Seuls le vert, l’or, le bleu ou le bleu aigue-marine sont acceptés selon les robes. Celles-ci se définissent selon des catégories bien spécifiques. La principale malgré les différentes déclinaisons restent le spotted où les tâches se veulent plus apparentes. Marque de fabrique du Bengal, les tâches représentent soit des points soit des rosettes.

Cette forme représente d’ailleurs l’originalité de ce chat – le Bengal est le seul matou à proposer cette caractéristique – et se compose d’un contour noir et d’un centre orangé. Les rosettes peuvent être fermées ou ouvertes, leur aspect variant selon les parties du corps. Elles sont comme des empreintes digitales, propres à chaque individu. Le marbré diffère du spotted et présente des rosettes  plus allongées comme celles d’une panthère.

Gare à l’inactivité

Comme tout félin qui se respecte, le Bengal exige un certain soin. Conscient de sa beauté sans pour autant devenir amorphe et contemplatif, ce matou requiert un brossage régulier. Sa fourrure d’une infinie douceur, doit conserver son aspect lisse et soyeux; Outre cet aspect pratique, le Bengal a besoin d’activité et n’hésite pas à en demander. Sans être hyperactif, son tempérament joueur et son instinct de chasseur nécessitent une attention particulière de son maître.

Le Bengal a besoin de voir de nouveaux jeux car même si les chatons sélectionnés au fil des décennies sont les plus calmes possibles, ce chat veut pouvoir se dépenser avec les gens qui l’entourent. Voilà la seule particularité qui sied à cette race attachante. Ceux qui ont eu des chats de gouttières et qui souhaitent s’orienter sur une race dite « pure » ne seront pas déçus par le Bengal. Il est aussi simple au niveau de son entretien quotidien que l’Européen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.